Dans la collection de AH 
200 

Ladies Writing Desk

1904
Pièce unique
125.5 x 105 x 57 cm (49,41 x 41,34 x 22,44 in.)

Description

Ladies writing desk in mahoganny.

Commentaire

A lady's salon including the writing desk shown here was commissioned in 1904 immediately after the Darmstadt Artists' Colony Exhibition of that year, by Mathilde Kessler (1849-1914), a member of the Karcher industrialist family who were part-owners of the Saar Steelworks Dingler, Karcher & Co. in Saarbrücken and Worms. The Salon was a wedding present to her daughter Mathilde and son-in-law, Rudolf Kleinjung (1872-1943), a state lawyer. They set up their home in Bensheim, near Darmstadt. The furniture remained in the house, Ernst-Ludwigstrasse 33, until 1941 and was subsequently inherited by their daughter Hildegard (1910-1995), who left it to one of her sons. It was auctioned off to the present owner in 2007.

The desk is an excellent example of early German modernism where the jugendstil elements have been limited to the two intarsia panels on either side of the front.

A propos de Joseph Maria Olbrich

Joseph Maria Olbrich (né le 22 décembre 1867 à Opava en République tchèque - mort le 8 août 1908 à Düsseldorf, en Allemagne) est un des fondateurs du mouvement de l'Art nouveau qui a rayonné en Autriche et particulièrement à Vienne, le Sezessionstil. Joseph Maria Olbrich étudie à l'Académie des Beaux-arts de Vienne avant d'être recruté par Otto Wagner pour la conception architecturale des stations, des gares, et des aqueducs du Stadtbahn (tramway) en 1894. Sa première commande a été le Palais de la Sécession à Vienne (1897-1898). En 1899, il devient architecte et professeur à Darmstadt, Allemagne. Il a réalisé la maison Glückert en 1901. Membre de la « Colonie d’artistes de la Mathildenhöhe », Josef Maria Olbrich est un architecte autrichien qui a été l’un des précurseurs du mouvement artistique de l’Art nouveau. Il a notamment conçu à Vienne le hall d’exposition de la Sécession en 1897. Le terme de Sécession est issu du latin secessio plebis (les citoyens romains se retiraient des affaires d’État s’ils jugeaient le règne contestable). Et la devise de la Sécession était « À l’époque son art, à l’art sa liberté ». Ainsi l’Art nouveau est plus qu’un mouvement artistique, il représente matériellement les idéaux des artistes.

Pour laisser un commentaire sur cette œuvre, veuillez vous connecter