In EGDL  's collection
289 

Petit coffret en émaux

circa 1855
Emaux "champlevés", bronze doré, velours.
8 x 16 x 9 cm (3,15 x 6,3 x 3,54 in.)

Description

Petit coffret en émaux "champlevés" et bronze doré.
Garniture intérieure d'origine.

Inscriptions

Signé à l'étiquette par la maison Barbedienne, marque monogramme du fabricant "EP."

Comment

Nous sommes avec ce Coffret dans les tous premiers travaux en émaux champlevés vendus par la maison Barbedienne.
Ici, la maison Barbedienne, ne semblant pas encore maîtriser cette technique, est passée par un sous traitant «EP.».
Cette double signature (étiquette + monogramme), dont l’ancienneté et l’authenticité ne font aucun doute, bouleverse nos connaissances précédentes sur cette signature «EP.». Jusqu’à présent, lorsqu’il était apposée sur des objets de style Orientaliste, ce monogramme était attribué au créateur et peintre Armand Point (1860-1932) en totale opposition avec les créations référencées en émail et matériaux plus ou moins précieux de cet artiste.
D’un point de vue technique et stylistique cette boite pouvant être datée des années 1850-1860, il est donc impossible que cette signature soit celle de l’artiste Armand Point.
Il nous semble donc pertinent de réattribuer tous ces divers objets orientalistes (jardinières, coffrets..) à un fabricant (peut être un homonyme) encore non identifié et référencé à ce jour.

About Ferdinand Barbedienne

Ferdinand Barbedienne (6 August 1810 – 21 March 1892) was a French metalworker and manufacturer, who was well known as a bronze founder. The son of a small farmer from Calvados, he started his career as a dealer in wallpaper in Paris. In 1838 he went into partnership with Achille Collas (1795-1859), who had just invented a machine to create miniature bronze replicas of statues. Together they started a business selling miniatures of antique statues from museums all over Europe, thus democratising art and making it more accessible to households. From 1843 they extended their scope by reproducing the work of living artists and also diversified by making enamelled household objects. With the outbreak of the Franco-Prussian war in 1870 the firm briefly had to switch to cannon founding owing to the shortage of metals but resumed business afterwards. Following Barbedienne's death in 1892, he was buried in the Père-Lachaise cemetery and the firm was carried on by his nephew Gustave Leblanc

To leave a comment on that piece, please log in