Dans la collection de AH 
223 

Tobacco Jar

circa 1895
14.4 x 13 x 14.7 cm (5,67 x 5,12 x 5,79 in.)

Inscriptions / Signatures

"F R C" monogram and "93"

A propos de Francois-Rupert Carabin

François-Rupert Carabin, est un sculpteur, médailleur, orfèvre, ébéniste et photographe français. Né en 1862 à Saverne, Carabin émigre à Paris avec ses parents à la suite de la Guerre franco-allemande de 1870. Il fait partie de cette catégorie d’Alsaciens-Lorrains appelés les « optants à la nationalité française ». Il ne reviendra pas en Alsace avant de prendre le poste de directeur de l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg en 1920 : sa formation d’artiste a donc été une formation uniquement parisienne. Cette formation est rappelée dans les lettres de Carabin à Le Corbusier. Elle débute par un apprentissage chez Jouanin, un graveur de camées, de 1878 à 1882, puis, ce métier tombant peu à peu en désuétude, Carabin travaille comme sculpteur au faubourg Saint-Antoine. Il suit également des cours du soir de dessin chez Perrin. Entre 1883 et 1885, il fréquente les salles de dissection de la faculté de médecine pour étudier l'anatomie. Il y rencontre un mouleur de masques mortuaires, Jules Talrich, ce qui le poussera pendant un temps à exercer ce métier pour obtenir une source de revenus supplémentaires. De 1885 à 1889, Carabin travaille comme dessinateur technique dans l'entreprise où est employé son père qui fabrique des percolateurs pour l'armée. Il rencontre le critique Gustave Geffroy qui collabore au journal La Justice.

Pour laisser un commentaire sur cette œuvre, veuillez vous connecter